25.5 C
Lyon
AccueilSociétéquatre questions sur l'enquête qui met en cause un ancien journaliste de...

quatre questions sur l’enquête qui met en cause un ancien journaliste de la BBC

C’était en 1995, dans l’émission « Panorama », de la BBC. La princesse Diana, sous les dorures du palais de Kensington, confiait sa souffrance, devant près de 22,8 millions de Britanniques, peu avant son divorce d’avec le prince Charles. Face à elle, le journaliste Martin Bashir, critiqué pour les méthodes peu scrupuleuses employées afin d’obtenir les confidences de la princesse de Galles. Une enquête indépendante commandée par la BBC, dont les conclusions ont été publiées jeudi 20 mai, confirme les suspicions des proches de la princesse, morte en 1997. Franceinfo vous résume la polémique autour de cette interview.

1Que contenait l’interview en question ?

L’interview de Diana, diffusée le 20 novembre 1995 dans l’émission « Panorama » avait levé le voile sur la vie intime de la famille royale. Lors de cet entretien, la princesse de Galles, morte deux ans plus tard dans un accident de voiture à Paris, racontait ses tourments, sa dépression, ses automutilations, sa boulimie et l’adultère de son mari. Elle y affirmait qu’il y avait « trois personnes » dans son mariage, en référence à la relation que Charles entretenait avec Camilla Parker Bowles et reconnaissait avoir elle-même une liaison.

2Qu’est-ce qui était reproché au journaliste Martin Bashir ?

En octobre 2020, le frère de Diana, Charles Spencer, accuse publiquement le journaliste Martin Bashir d’avoir falsifié des documents pour obtenir cet entretien avec Lady Diana. Il affirme que Martin Bashir lui avait montré des relevés de compte prouvant que les services de sécurité payaient deux personnes à la Cour pour espionner sa sœur. « Si je n’avais pas vu ces relevés, je n’aurais jamais présenté Bashir à ma sœur », écrit Charles Spencer, dans une lettre adressée à la BBC, fin 2020, en demandant des excuses pour ces méthodes « malhonnêtes ».

Après ces révélations, la BBC lance le 18 novembre une enquête indépendante pour comprendre comment son journaliste a obtenu cet entretien fracassant, dans lequel la princesse racontait le délitement de son mariage. Le conseil d’administration de la BBC charge un ancien juge de la Cour suprême, John Dyson, de diriger les investigations. « Les supposés relevés de comptes » dont parle Charles Spencer, ont donc été examinés dans ce cadre.

L’entretien avait propulsé la carrière de Martin Bashir. Après avoir travaillé un temps aux Etats-Unis, il avait réintégré la BBC en 2016 en tant que responsable de la couverture religieuse. La radio télévision publique britannique a annoncé son départ mi-mai pour raisons de santé.

3Quelles sont les conclusions de l’enquête ?

L’enquête confirme que Martin Bashir a bien trompé le frère de la princesse en lui montrant de faux documents pour gagner sa confiance. Dans un rapport (en anglais) de 127 pages, Lord Dyson conclut que la BBC « n’a pas respecté les normes élevées d’intégrité et de transparence qui sont sa marque de fabrique ». La chaîne de télévision britannique admet des « échecs manifestes » et a présenté ses excuses.

Face aux révélations, le journaliste britannique Martin Bashir a aussi présenté des excuses, jeudi, dans un communiqué, pour les méthodes « trompeuses » employées. « C’était une chose stupide à faire et c’est un acte que je regrette profondément », déclare-t-il. Le journaliste ajoute qu’il reste « immensément fier » de cette interview. « Les relevés bancaires n’ont eu aucune incidence sur le choix personnel de la princesse Diana de participer à l’entretien », note-t-il Martin Bashir.

« It was a stupid thing to do and an action I deeply regret. »

Journalist Martin Bashir responds to a report which found that he asked for bank statements to be mocked up in order to obtain a 1995 interview with Princess Diana.

Read the statement in full: https://t.co/NGVTLwK6fL pic.twitter.com/0R6nMIj9aF

— Sky News (@SkyNews) May 20, 2021

Selon le directeur général de la BBC, Tim Davie, « le rapport confirme que Diana, princesse de Galles, était enthousiasmée par l’idée d’une interview avec la BBC, mais il est clair que le processus pour obtenir l’interview était loin de répondre aux exigences de la chaîne. Nous en sommes désolés. »

La chaîne affirme aussi qu’elle aurait « dû faire plus d’efforts pour aller au fond de ce qui s’était passé » à l’époque et être plus transparente. « Alors que la BBC ne peut pas revenir en arrière après un quart de siècle, nous pouvons présenter des excuses complètes et inconditionnelles. » Tony Hall, directeur de la rédaction au moment de l’interview, a également présenté des excuses, reconnaissant que l’enquête interne « était bien en deçà » des standards requis.

4Comment réagissent les proches de Lady Di ?

Le prince William, fils aîné de Diana et Charles, considère que cette interview n’a « plus aucune légitimité et ne devrait plus jamais être rediffusée ». « C’est infiniment triste de savoir à quel point les manquements de la BBC auront alimenté les peurs, la paranoïa et la solitude des dernières années que j’ai passées avec elle », a-t-il ajouté.

A statement on today’s report of The Dyson Investigation pic.twitter.com/uS62CNwiI8

— The Duke and Duchess of Cambridge (@KensingtonRoyal) May 20, 2021

Le prince Harry a également condamné les « pratiques » de la BBC. « L’effet d’entraînement de cette culture d’exploitation et des pratiques contraires à toute éthique auront fini par lui ôter la vie », déclare-t-il dans son communiqué.

Le frère de Diana, Charles Spencer a remercié le journaliste de télévision Andy Webb pour « son professionnalisme infatigable dans la mise en lumière du scandale Bashir-Panorama-BBC ». Ce dernier est l’auteur du documentaire Diana : La vérité derrière l’interview. « S’il n’avait pas poursuivi cette histoire pendant plus d’une décennie et partagé ses découvertes avec moi en octobre dernier, les découvertes d’aujourd’hui n’auraient pas fait surface », explique Charles Spencer sur Twitter.

I’d like to thank the TV journalist Andy Webb for his tireless professionalism in bringing the Bashir-Panorama-BBC scandal to light. If he hadn’t have pursued this story for well over a decade, and shared his findings with me last October, today’s findings wouldn’t have surfaced.

— Charles Spencer (@cspencer1508) May 20, 2021

ARTICLES CONNEXES

Les plus populaires