17 C
Lyon
AccueilPolitique« Valérie Pécresse, c’est l’ennemie de l’écologie », dénonce le candidat Europe-écologie Julien Bayou

« Valérie Pécresse, c’est l’ennemie de l’écologie », dénonce le candidat Europe-écologie Julien Bayou

Le candidat d’EELV aux élections régionales en Ile-de-France, Julien Bayou. — GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP

Candidat aux élections régionales en Ile-de-France sous l’étiquette Europe-écologie Les Verts, Julien Bayou était ce jeudi l’invité de Paris politiques, l’émission de BFM Paris en partenariat avec 20 Minutes. L’occasion pour le candidat de livrer sa vision du futur pour une région qu’il ambitionne de présider, en dépit du fait qu’il se retrouve en concurrence directe, à gauche, avec les candidates Clémentine Autain (LFI) et Audrey Pulvar, soutenue par le Parti socialiste. Ce sur quoi il a rappelé ce jeudi que « partir séparés ne signifie pas être divisés ».

« Nous voulons tripler le budget pour le logement social ». Objectif : « soutenir les communes qui construisent du logement social », considère Julien Bayou. « On peut faire du logement social accessible », comme à Versailles, pointe aussi le candidat, qui constate que le maire de cette commune des Yvelines, Etienne Pinte (UMP), a réussi à rattraper le retard de la commune en termes de logements sociaux.

« La région, ce n’est pas Paris en grand. On doit pouvoir densifier des villes qui ont été un peu abandonnées. Tout ne doit passer pas par Paris. Il faut des logements sociaux dans les quartiers aisés, mais il faut aussi pouvoir habiter dans les villes où l’on vit », considère aussi Julien Bayou.

Favorable à l’encadrement des loyers, Julien Bayou considère qu’il incombe à la région « d’obliger les maires d’Ile-de-France à mettre en place ces encadrements ».

« La construction de l’ïle de France fait que la ville a été construite avec des logements à l’est et des bureaux à l’ouest. Aujourd’hui il y a des logements disponibles dans cette zone pour des logements d’urgence. Quand on parle des violences faites aux femmes, l’enjeu c’est d’éloigner le prédateur. Aujourd’hui on éloigne la victime, faute de possibilités suffisantes de logements, ce qui est une double peine. La région doit soutenir et mettre en place des hébergements d’urgence pour les victimes de violence, c’est une de ses compétences », pointe Julien Bayou.

« Il y a un enjeu de sécurité dans les transports et c’est une compétence de la région. Nous voulons embaucher des gens présents dans les rames : une brigade de tranquillité. On a besoin de monde dans les Noctiliens, notamment mais pas seulement. Cela fait 6 ans que l’on propose la présence d’humains dans les transports la nuit. Cela été systématiquement refusé par l’actuelle majorité. Je ne me résous pas à ce que 100 % des femmes aient peur dans les transports. La région peut agir et porter plainte en lieu et place des victimes ».

Concernant la proposition d’Audrey Pulvar de rendre les transports gratuits, Julien Bayou plaide « pour une tarification plus juste et progressive.

Julien Bayou est revenu sur sa promesse promet d’un plan d’investissement de trois milliards d’euros «pour transformer l’économie francilienne au service du climat et de l’emploi local». Mais il a aussi rappelé «son opposition au Charles-de-Gaulle Express», pour mettre plutôt en avant la rénovation des RER B et D.

« Valérie Pécresse, c’est l’ennemie de l’écologie », a assuré Julien Bayou. « Elle s’est opposée à la piétonnisation des voies sur berges et n’a rien fait contre la pollution en Ile-de-France. Aujourd’hui 1 Francilien meurt toutes les heures de la pollution », a-t-il aussi rappelé.

ARTICLES CONNEXES

Les plus populaires