30.9 C
Lyon
AccueilSociétél'heure est à la réorganisation pour les chefs d'établissement

l’heure est à la réorganisation pour les chefs d’établissement

Retour à la normale pour les élèves de quatrième et de troisième. Dès lundi 31 mai, ils pourront reprendre les cours en classe entière dans les 15 départements qui étaient classés rouge, a annoncé vendredi 28 mai le ministre de l’Education nationale, Jean-Michel Blanquer, « du fait de l’amélioration de la situation sanitaire ». « Cela peut être progressif pour certains, il faut laisser le temps aux principaux de collèges, aux professeurs et à toutes les équipes de s’organiser », a-t-il précisé sur Europe 1. 

Les équipes de direction interrogées par franceinfo étaient préparées à cette éventualité, même si Amandine Vandromme, principale du collège Sainte-Marie de Melun (Seine-et-Marne), n’en n’a été informée que tardivement. « Les parents d’élèves nous ont alertés il y a dix jours et nous n’avions alors aucune information. Nous avons ensuite appris la nouvelle par l’annonce du ministre ce matin et, à 14 heures, nous avons reçu un mail du recteur », explique-t-elle. Dans ce petit collège « familial », la reprise pourra se faire dès lundi pour l’ensemble des élèves. 

Au collège Carnot de Lille (Nord), les quatrièmes et troisièmes seront à nouveau en classe entière la semaine prochaine, mais seulement à partir de jeudi « car il faut préparer les salles, réadapter les emplois du temps qu’on avait changés pour cette période », explique le principal, René Grenu. Des cours de sciences et d’arts plastiques avaient été ajoutés aux plannings des élèves, car « ces matières ont plus souffert de l’enseignement à distance et il fallait rattraper des heures ». « On a acquis des capacités d’adaptation hors norme : on se prépare à toute éventualité. On savait que le retour en classe entière pouvait tomber ces jours-ci », déclare-t-il à franceinfo.  

Même constat, teinté d’une pointe de lassitude, du côté d’Amandine Vandromme : les enseignants vont devoir à nouveau réadapter leurs plannings de cours. « Ils ont déjà eu une énorme charge de travail pour animer leurs classes en distanciel et ils avaient revu toutes leurs séances en fonction de cette contrainte. Ils vont devoir à nouveau réadapter leurs cours en présentiel. »  

A Lyon, le collège Gilbert-Dru ne pourra pas faire revenir l’ensemble des élèves avant lundi 7 juin, à cause des problèmes de gestion des stocks de la cantine. « Nous nous fournissons via un prestataire extérieur et nous n’avons pas assez de nourriture pour tous les élèves pour la semaine à venir », commente Rudy Morillas, le principal adjoint. Amandine Vandromme se réjouit, elle, de pouvoir disposer du gymnase situé juste au-dessus du réfectoire pour y répartir les élèves et respecter les distances nécessaires.  

Pour l’ensemble des principaux interrogés, le retour des élèves est un vrai soulagement. « Les conditions d’enseignement à la maison sont parfois difficiles : les familles ne sont pas toujours bien équipées, les jeunes à la maison doivent travailler seuls… Ce n’est pas du tout pareil que d’être face à un enseignant », précise Rudy Morillas. « A l’approche du brevet, ça va leur faire beaucoup de bien de se retrouver, reprendre une vie de classe normale. Il y avait une vraie demande des parents », assure René Grenu. Mais la reprise pour les troisièmes devrait être de courte durée car le ministère préconise que les élèves reprennent les cours en distanciel une semaine avant le passage du brevet, qui aura lieu les 28 et 29 juin, afin de limiter les risques de contamination. 

ARTICLES CONNEXES

Les plus populaires