25.5 C
Lyon
AccueilPolitiqueRappel à l'ordre du patron du parti Christian Jacob après des propos...

Rappel à l’ordre du patron du parti Christian Jacob après des propos du vice-président Peltier

Le QG des Républicains à Paris. — Â’Tristan Reynaud

Ambiance électrique à droite. Le chef des Républicains Christian Jacob a rappelé à l’ordre ce dimanche soir « l’équipe dirigeante » du parti après des propos musclés du numéro 2 Guillaume Peltier sur la justice et les
régionales, appelant à « jouer collectif ». « L’heure n’est pas aux prises de position personnelles qui nuisent à tous mais à la mobilisation derrière nos candidats », a réagi dans la soirée
Christian Jacob.

« Au moment où LR est en tête des enquêtes d’opinion, j’invite l’équipe dirigeante à être en soutien total derrière nos listes. La seule priorité : jouer collectif », a-t-il ajouté. Un « judicieux et bienvenu rappel à l’ordre », a estimé la députée des Hauts-de-Seine Constance Le Grip en déplorant un « concours Lépine de propositions et de postures personnelles ».

Rétention de sûreté pour les terroristes

Ce dimanche sur RTL, Guillaume Peltier a redit son opposition au « front républicain » et en matière de terrorisme il avait demandé « le rétablissement de la Cour de sûreté » qui « au cas par cas, pourrait placer en rétention de sûreté », le tout sans appel. « Si le Conseil constitutionnel s’y oppose, nous pourrons proposer ça par référendum au peuple français, pour protéger les Français », a-t-il ajouté.

Le député LR de l’Yonne Guillaume Larrivé a rapidement pris ses distances avec ces propos, soulignant sur Twitter que « la possibilité de faire appel, en matière pénale, n’est ni une vieillerie ni une marotte de méchant gauchiste-laxiste, mais un progrès auquel il n’est pas question de renoncer dans un État civilisé ».

Des « loufoqueries »

« Les loufoqueries (économiques ou juridiques…) proposées à titre personnel par tel ou tel « responsable » de la direction n’engagent évidemment pas le parti », a ajouté dans un tweet Guillaume Larrivé, spécialiste des questions régaliennes, qui avait brigué la présidence de LR en 2019.

Déjà, au moment du psychodrame en Paca sur un rapprochement entre la liste LR de Renaud Muselier et LREM, Guillaume Peltier avait pris à contre-pied son parti en demandant « à titre personnel » le retrait du soutien de LR au président de la région, alors même que la direction tentait de calmer le jeu.

Engagé dans sa jeunesse au FN

Ses propositions économiques, notamment l’idée d’une hausse de 20 % des salaires bruts en supprimant les cotisations sociales remplacées par un prélèvement sur les transactions financières et paiements électroniques, ont aussi un temps fait grincer les dents chez LR.

Le numéro 2 de LR, engagé dans sa jeunesse au Front national dont il s’est depuis distancé, avait déjà dit son opposition au « front républicain » dans une interview à Valeurs actuelles jeudi, en ajoutant que, selon lui, Marine Le Pen n’était « pas l’ennemie de la République ». Il a souligné ce dimanche
«porter les mêmes convictions» que le maire de Béziers Robert Ménard, proche du RN.

ARTICLES CONNEXES

Les plus populaires