17 C
Lyon
AccueilPolitiqueOlivier Faure promet un projet et un candidat socialiste pour l’automne

Olivier Faure promet un projet et un candidat socialiste pour l’automne

Olivier Faure, le premier secrétaire du PS, à l’Assemblée nationale. — Jacques Witt/SIPA

Olivier Faure, premier secrétaire du PS, a affirmé mardi que son parti proposerait « à l’automne prochain » aux forces de la gauche et aux écologistes « un projet » et « une candidature » en vue de 2022. En clôturant le conseil national du
PS qui s’est tenu en soirée, Olivier Faure a indiqué que le projet du PS pour la
présidentielle serait présenté lors de son 79e congrès, qui se tiendra finalement les 18 et 19 septembre à Villeurbanne, après avoir été repoussé fin 2020 pour cause de crise sanitaire.

« Pour avoir de la force, nous avons besoin d’une candidature issue de nos rangs à proposer aux autres forces de la gauche et de l’écologie. Si nous comptons en notre sein de nombreux talents, de candidatures je n’en vois qu’une s’exprimer et proposer un chemin, et elle est une chance pour notre parti », a-t-il également affirmé. Olivier Faure n’a cité aucun nom, mais la maire de Paris, Anne Hidalgo, est souvent évoquée comme candidate potentielle du PS.

Mélenchon en prend pour son grade

Il a également mis en garde contre la division de la gauche en 2022, qui serait « une faute lourde ». « Il n’y a pas de gauches irréconciliables », a-t-il dit, prenant le contre-pied de l’ancien Premier ministre PS Manuel Valls, qui avait dit qu’il y avait des sujets sur lesquels les gauches étaient « irréconciliables ». « Il n’y a aucune dynamique à espérer dans la confusion ou l’agression » et « tous ceux qui cherchent à diviser la gauche ne servent que les intérêts de ceux qu’ils prétendent combattre », a-t-il également mis en garde.

« J’entends Jean-Luc Mélenchon vitupérer contre les « faux jetons » », a-t-il affirmé, en allusion aux propos du leader de la France Insoumise et candidat déclaré à la présidentielle, qui avait traité le 9 mai dernier Verts et socialistes de « menteurs, hypocrites et faux jetons », en leur reprochant de ne pas inclure les Insoumis dans leurs listes pour les régionales et départementale de juin. Mais « ils sont où les faux-jetons qui prétendent lutter de toutes leurs forces contre l’extrême droite, mais refusent de se prononcer dans les seconds tours entre les adversaires dans la République et les ennemis historiques de la République ? Bonnet blanc et blanc bonnet, c’est le discours qui conduit à la banalisation de l’extrême droite », a-t-il dénoncé.

ARTICLES CONNEXES

Les plus populaires