17 C
Lyon
AccueilSociétécomment travaillent les enquêteurs qui traquent les cyberharceleurs ?

comment travaillent les enquêteurs qui traquent les cyberharceleurs ?

Un gendarme français de l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, les génocides et les crimes de guerre (OCLCH), travaille dans son bureau, le 21 janvier 2021 à Paris. (ALAIN JOCARD / AFP)

Au sein de l’office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, génocides et crimes de guerre (OCLCH), une division est dédiée à la lutte contre les crimes et délits de haine. Partout dans la pièce, on trouve des ordinateurs, les enquêteurs ont trois écrans face à eux à chaque bureau. Leur mission : craquer des adresse IP, tracer les internautes même les plus cachés via des requêtes aux juges.

Ces enquêteurs exigent de Twitter, Facebook et autres réseaux sociaux les informations sur tel ou tel compte. Ainsi, ils remontent jusqu’aux auteurs de messages de haine,souvent assez jeunes, filles comme garçons. Et quand ils vont frapper à leurs portes au matin, dans la vie bien réelle, c’est souvent la sidération. « Les déclarations, c’est : ‘Je ne comprends pas pourquoi vous venez me chercher, je ne pensais pas que c’était si grave que ça’, voire même ‘je ne pensais pas que c’était une infraction, c’était finalement des propos parmi d’autres, j’ai juste écrit sur mon clavier et j’ai appuyé sur entrée’, raconte le lieutenant-colonel A., en charge des opérations.

Les gens se disent que globalement, ils peuvent injurier assez gratuitement les gens sur internet en toute impunité. Mais ce n’est pas le cas.

Lieutenant-colonel A.

à franceinfo

« Souvent, ce sont des profils qui, dans la vie de tous les jours, se comportent très bien, assure le lieutenant-colonel. Lorsqu’on les a en garde à vue et qu’on leur dit : ‘Si vous aviez aujourd’hui cette personne en face de vous, est-ce que vous feriez les mêmes injures ou ces menaces de mort ?’, là, effectivement, les gens nous disent que non. »

Si les outils informatiques de ces gendarmes sont pointus pour traquer par exemple les bots – ces robots qui envoient en rafales des messages haineux – leur arsenal juridique, lui, est simple. Tout d’abord, le texte fondateur de la loi du 29 juillet 1881 sanctionne les abus de la liberté d’expression, tels l’injure, la diffamation ou l’incitation à la haine et à la discrimination. Puis, en 2004, l’Europe a imposé aux fournisseurs d’accès l’identification de leurs abonnés quand ils violent la loi. Enfin, récemment, la loi Schiappa 2018 permet de poursuivre une personne même si elle n’a envoyé qu’un seul tweet haineux, par exemple s’il s’inscrit dans un contexte de lynchage numérique.

Ainsi, certains prévenus qui seront à la barre jeudi 3 juin au procès des harceleurs présumés de Mila se retrouvent là après un seul message et risquent quatre ans de prison et 45 000 euros d’amende. L’avocat de Mila parle de plus de 100 000 messages et photomontages, comme « tu mérites de te faire égorger », « donne-moi ton adresse, je vais te faire une Samuel Paty », « que quelqu’un lui broie le crâne » et autres allusions sexistes et sexuelles que relève le lieutenant-colonel Le Coz, numéro 2 de l’office, qui a donc travaillé sur ce dossier. « Dans quel monde civilisé vous pouvez dire à une femme que la femme en question ‘a besoin d’un bon coup de b…’ et que vous pouvez surtout le dire à la terre entière, sur des réseaux où ce sera vu par des milliers de personnes ?, se demande-t-il.

Si tout le monde disait que ce qu’il pense ou ce qu’il a envie de faire, la société serait invivable.

Lieutenant-colonel Le Coz

à franceinfo

« Ce sont surtout des gens qui se laissent aller à leurs instincts les plus basiques, poursuit le gendarme. Sauf que, est-ce qu’ils aimeraient eux-mêmes être victimes du même harcèlement, avec des injures, des menaces de mort ? Est-ce qu’ils aimeraient que leur mère, leur frère, leur sœur soit victime de ce genre de choses ? »

À écouter ces fonctionnaires, il y aurait une solide réponse des forces de l’ordre. Mais la réalité, c’est que leur travail semble bien limité face aux flots de haine sur internet. Dans cette division, ils sont huit enquêteurs et se concentrent sur les dossiers les plus sensibles. Seuls deux magistrats travaillent au tout nouveau pôle national de lutte contre la haine en ligne, créé en janvier au sein du parquet de Paris. La plateforme en ligne Pharos, qui permet de signaler les contenus haineux et dangereux sur Internet, a vu doubler ses effectifs après l’assassinat du professeur Samuel Paty. Mais pour travailler sept jours sur sept, jour et nuit, les enquêteurs de Pharos sont une cinquantaine.

« Combien de personnes qui vont avoir envoyé des messages haineux vont vraiment être poursuivis ? C’est tellement minoritaire, estime Lucile Jomat, la présidente de SOS Homophobie. Les systèmes pour dénoncer les contenus haineux sont tellement invisibles. Demandez qui connaît Pharos, 99% de la population ne connaît pas. Et derrière, il y a trop peu de personnes pour supprimer l’ensemble des contenus des signalements qu’ils reçoivent. »

Ça fait des années qu’on parle des problèmes de haine sur Twitter. On fait quelque chose qui n’est même pas une goutte d’eau dans l’océan. »

Lucile Jomat, présidente de SOS Homophobie

à franceinfo

Les associations SOS Homophobie et SOS Racisme ont déjà assigné des géants comme Twitter pour dénoncer leur manque de travail de modération. Leur rôle est capital. La question se pose aussi de la prévention à l’école et à la maison. Comme on apprend aux plus jeunes à se protéger des dangers d’internet de la pédopornographie par exemple, pourquoi ne pas leur apprendre comment s’exprimer dans les limites de la loi même derrière un écran, même sous pseudo.

A lire aussiSujets associés

ARTICLES CONNEXES

Les plus populaires