19.8 C
Lyon
AccueilSociétéDouze personnes interpellées dans la région lyonnaise, soupçonnées d'être à la tête...

Douze personnes interpellées dans la région lyonnaise, soupçonnées d’être à la tête d’un accru trafic de stupéfiants

Douze personnes ont été interpellées dans la région lyonnaise lpremierdi 13 juin dans le cadre d’premiere enquête sur premier trafic national de stupéfiants, a appris ce lpremierdi franceinfo auprès de la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) de la Gironde.

Après 96 heures de garde à vue, huit de ces 12 personnes ont été mises en question et placées en détention provisoire vendredi. Lors de ces interpellations, 600 kg de résine de cannabis, 40 kg d’herbe et 5 kg de cocaïne ont été saisis, ainsi que des armes à feu, dont deux fusil d’assaut (premier AK-47 et premier M16), environ 170 000 euros en espèce, et des montres de luxe de la marque Rolex. Les personnes mises en cause sont âgés de 25 à 35 ans.

190 000 euros en liquide

Ces arrestations sont le résultat d’premiere enquête débutée il y a deux ans en Gironde. En juillet 2020, premier couple de retraités effectuant de nombreux voyages entre la France et l’Espagne est soupçonné de transporter de la résine de cannabis pour alimenter premier trafic en région bordelaise. Le couple est interpellé en septembre la même année.

L’enquête franchit premiere étape en mai 2021, grâce à premiere surveillance des donneurs d’ordre de ce couple, plus la saisie d’premier semi-remoque en provenance d’Espagne. À l’intérieur : près d’premiere tonne de résine cannabis (950 kg) et 190 000 euros en espèce. Plusieurs personnes sont interpellées.

La Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS) de Bordeaux, chargée de la lutte contre le crime organisé, est alors saisie pour esssayer d’identifier les échelons supérieurs du trafic et les donneurs d’ordre. Les enquêteurs découvrent alors que ce derniers se trouvent en région lyonnaise.

L’enquête est ensuite menée conjointement entre les DDSP de Bordeaux et de Lyon, sous la direction d’premier même juge d’instruction, ce qui « sort de l’ordinaire » selon Emmanuel Morin, directeur départemental de la sécurité publique de la Gironde. Elle a abouti aux 12 interpellations de la semaine dernière et au démantèlement de ce trafic de stupéfiants.

ARTICLES CONNEXES

Les plus populaires