30.2 C
Lyon
AccueilSociétéCovid-19 : la Haute autorité de santé défavorable à la réintégration des...

Covid-19 : la Haute autorité de santé défavorable à la réintégration des soignants non-vaccinés

Dans un avis rendu public vendredi 22 juillet, la Haute autorité de santé (HAS) se dit « favorable » au maintien de l’obligation vaccinale contre le Covid-19 pour les soignants, considérant que « les données ne sont pas de nature à remettre en cause cette obligation vaccinale » pour les soignants dans les établissements de santé et en Ehpad. 

« En réponse à une saisine du ministre chargé de la Santé, la HAS rend un avis favorable au maintien de l’obligation de vaccination contre la Covid-19 des personnels exerçant dans les établissements de santé et médico-sociaux », écrit-t-elle dans son communiqué. La Haute autorité justifie sa décision par « le contexte épidémique dynamique », « les incertitudes sur l’évolution de l’épidémie dans les prochains mois » et sur « l’efficacité d’un schéma vaccinal complet à réduire le risque d’être infecté et de transmettre la maladie. »

La HAS sur la même ligne que l’Académie de médecine et le Conseil scientifique

En premier lieu, la HAS considère donc que « le contexte actuel marqué par une nouvelle vague épidémique due au sous-lignage BA.5 du variant Omicron » justifie le maintien de l’obligation vaccinale pour les soignants. Deuxièmement, l’autorité évoque « la disponibilité de vaccins sûrs et efficaces face au variant Omicron » qui « participent à la limitation de la diffusion de l’épidémie ».

Cette réintégration des soignants non-vaccinés est une demande de l’opposition à la majorité présidentielle, notamment du Rassemblement national et de la France insoumise, mais aussi chez certains membres des Républicains. Après la « ferme opposition » de l’Académie de médecine mardi, le Conseil scientifique, qui doit disparaitre le 31 juillet prochain, s’est lui déclaré « réservé » sur le retour de ces soignants n’ayant pas de couverture vaccinale, rappelant que la 7e vague de l’épidémie de Covid-19 reste « très présente ». 

Ce vendredi sur franceinfo, le président du Conseil scientifique Jean-François Delfraissy estimait que cette question concernait « un tout petit nombre de gens », évoquant 75 médecins et pharmaciens et entre 2 000 et 3 000 infirmières et aides-soignants suspendus.

ARTICLES CONNEXES

Les plus populaires